LIVRE ET PLUS

passion livres et autres ...

16 octobre 2008

C'EST LOIN L'AMÉRIQUE ?

FRANCK MC COURT - Les cendres d'Angela

mccourtLa lecture est éprouvante, longue.
Long comme les 16 années que passe Frank à rêver de l’Amérique, y compris les cinq années pendant lesquelles il économise sous après sous en occupant des emplois plus ou moins dégradants, sales ou dangereux.
C’est répétitif, comme les décès successifs de sa sœur et de ses deux frères qu’il va perdre à quelques années d’intervalle ; comme les bitures que prend son père après chaque salaire (lorsqu’il trouve du travail) ou après chaque aide sociale qu’il va quémander ; comme les nuits trop nombreuses que l’enfant et ses frères passent à chanter des chansons patriotiques lorsque leur père rentre saoul ; comme les logements, tous plus misérables les uns que les autres que lui et sa famille occupent ; comme les maladies qu’il contracte parce qu’il fait froid et humide dans le logement, parce qu’il va nu pied ; comme les  portes qui se ferment quand il demande plusieurs fois de l’aide aux autorités religieuses.

J’ai voulu laisser tomber ma lecture une centaine de pages avant la fin, envahie par un sentiment d’impuissance, d’injustice, de ras le bol. Et puis je me suis dit, non, le petit Frankie m’explique depuis 400 pages, pourquoi il rêve de l’Amérique, alors j’ai repris ma lecture, et j’ai terminé le récit.
Et bien m’en a pris, car quelques pages avant la fin, Frank nous conte son passage dans le port de New-York, et on partage son émerveillement, l’arrivé à son but, sa délivrance.

Le tour de force de l’auteur a été de nous faire partager cette vie de misère, en s’appuyant sur la naïveté de l’enfant, qui renvoie des passages parfois très drôles, et nous empêche de pleurer à chaque page.

"Il (son père) ne rapporte jamais l'argent qu'il gagne dans les fermes. Cet argent-là semble différent de celui du chômage, qu'on doit rapporter à la maison. Il emporte l'argent des fermes au pub et le boit".

Maintenant, j’ai une demande : qui peut m’indiquer un livre sur l’histoire de l’Irlande ? J’ai quelques lacunes dans ce domaine J

Livre à vendre dans ma boutique sur PRICE MINISTER

Posté par Marifran à 22:30 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Bon premier pas dans la blogosphère avec cet excellent choix. McCourt a écrit là un très joli livre sur son histoire indémélable de l''Irlande. Je ne vois pas de livre sur l'histoire de l'Irlande. Mais tant de livres sur l'Irlande du "Journal irlandais" d'Heinrich Böll aux innombrables auteurs irlandais. Colum McCann avec "Le chant du coyote" ou "Ailleurs en ce pays" à Colm Toibin (entre autres Le bateau phare de Blackwater) Joseph O'Connor (A l'irlandaise), Robert McLiam Wilson (tout en commençant par le plus noir: "La douleur de Manfred"), Roddy Doyle (la trilogie: The Commitments - + le film-, The Van, The Snapper et La femme qui se cognait aux portes. Vous pouvez ajouter l'auteur de polar Ken Bruen qui décrit si bien son pays. Sans oublier les anciens Oscar Wilde, Beckett, Joyce, GB Shaw, Iris Murdoch, Swift et deux des multiples poètes irlandais Yeats et le dernier Nobel irlandais Seamus Heaney. Savez-vous que l'Iralnde est le premier pays pour le nombre de ses lauréats des Nobels de littérature par rapport à sa population? Cela vous fait quelques lectures pour les prochains mois, non?

    Que l'avenir de votre blog soit plein de belles découvertes, irlandaises et autres!

    Posté par C. Sauvage, 17 octobre 2008 à 14:10
  • Merci infiniment

    de vous être arrêté sur mon blog, et surtout d'avoir laissé des pistes pour me permettre de connaître un peu mieux l'Irlande.
    Concernant votre première question : non, je ne savais pas que l'irlande pouvait s'enorgueillir d'autant de prix Nobel de littérature

    Posté par Meria/Marifran, 17 octobre 2008 à 14:50
  • Je suis sûre que ton blog va être très intéressant. Sur l'Irlande, j'ai beaucoup aimé les livres d'Hervé Jaouen, en forme de carnet de voyage ("Journal d'Irlande", "Chroniques irlandaises", "La cocaïne des tourbières"...). Il y a aussi Nuala O'Faolain, qui a beaucoup écrit sur la place de la femme en Irlande.
    Et puis, pour l'histoire, tu peux aussi regarder le film "Le vent se lève"...

    Posté par marlene76, 17 octobre 2008 à 15:17
  • @ Marlène : je m'aperçois que de la littérature irlandaise, je n'ai pas lu grand chose. Je note Nuala O'Faolain, ce sujet m'intéresse vraiment. D'ailleurs, je ne l'ai pas évoqué dans mon billet, mais il y aurait beaucoup à dire à propos d'Angela, qui donne son prénom au titre du livre.
    Beaucoup à dire également sur la place de l'homme, de l'alcool ...

    Posté par Marifran, 17 octobre 2008 à 18:58
  • Ton billet m'a apporté un éclairage très intéressant sur ce livre, qu'on m'avait déjà chaudement recommandé mais dans lequel j'hésitais à me lancer. Je pense que j'ai eu raison car il faut être dans un certain état d'esprit pour endurer un tel parcours ! Je note donc pour quand je me sentirai d'humeur...
    Et longue vie à ton blog !

    Posté par Brize, 20 octobre 2008 à 14:18
  • @ Brize : merci. Effectivement, il vaut mieux avoir un bon moral pour lire ce livre de plus de 500 pages.

    Posté par Meria, 20 octobre 2008 à 19:20
  • J'ai vu le film c'est d'une tristesse absolue, cela ne m'a pas donné envie de lire le livre.

    Posté par anjelica, 23 octobre 2008 à 12:50

Poster un commentaire