LIVRE ET PLUS

passion livres et autres ...

16 juillet 2009

HISTOIRE D'UNE PASSION

Jacqueline HARPMAN - La plage d'Ostende

ostende"Dès que je le vis, je sus que Léopold Wiesbeck m'appartiendrait. J'avais onze ans, il en avait vingt-cinq à Je lus ma vie sur son visage et d'un instant à l'autre, je devins une femme à l'expérience millénaire." Annexée à l'âge de l'innocence par un amour sans pitié qui durera sa vie entière, Emilienne attend son heure, elle la prépare, Féroce et naïve, elle ne reculera devant rien pour gagner Léopold et créer avec lui "cette zone de silence qui nous isolait, où nous étions seuls à pouvoir séjourner, ce royaume que nos regards définissaient". Mais on ne fait pas les grandes histoires d'amour avec de bons sentiments ; au passage, quelques existences seront sacrifiées au bonheur des amants. C'est le prix à payer, comme le constate avec un peu de regrets, mais sans remords, Emilienne désespérée après la mort de Léopold. Autour de ce couple irréductible se déploie, de l'après-guerre à nos jours, toute une société bourgeoise amie des arts, futile, éphémère et tragique comme le temps qui passe. Entre le cheminement de l'absolu amoureux et les raffinements d'une société où tout se calcule,

J’ai, de loin, préféré La dormition des amants. Histoire également d’une passion.

Bien que le style me plaise beaucoup, bien que l’étude des personnages (et pas seulement les principaux) soit un des points forts de ce récit, bien que la passion d’Émilienne pour cet homme soit admirablement décrite, certaines choses m’ont gênée.

Tout d’abord la jeunesse de l’héroïne, qui décide, à 11 ans, irradiée par Léopold, qu’elle se fera aimer de lui. Peut-on, à cet âge, aujourd’hui, décrété que sa vie ne sera QUE vouée à l’amour d’un être, ou ne sera pas ? Même plus mature que son âge, j’ai du mal à concevoir qu’une fillette puisse, dès cette fulgurance, planifier les années à venir à organiser sa vie pour que cet homme « tombe dans ses filets ».

Ce qui m’a déplu également (bien qu’il semble difficile qu’il en soit autrement), c’est le nombre de victimes, femmes ou hommes, qui jalonnent la route de ce couple : l’épouse de Léopold, le mari d’Émilienne, quelques unes des maitresses du peintre qui sombrent dans la folie ou se droguent de médicaments, le seul autre amant de l’héroïne, et surtout Esther, la fille d’Émilienne.

Je n’ai pas aimé non plus ce milieu futile, superficiel, où les femmes « se consacrent jusqu’au bout à ce qui avait peuplé leur vie, la dérisoire parade de la mondanité, le raffinement absurde des gestes et des paroles, héroïnes courageuses de rien du tout, passagères dociles d’une traversée incompréhensible qui commence par un cri et se termine dans le silence. »

Merci cependant à Doriane de m’avoir offert ce roman, dont on parle souvent dans la blogosphère.

Posté par Marifran à 00:34 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Je l'ai bien aimé celui ci, mais comme toi, j'avoue que je préfère "La dormition des amants", il est vraiment très très beau.

    Posté par hydromielle, 17 juillet 2009 à 07:36
  • @ Hydromielle : il y a dans La dormition des amants, beaucoup de poésie, de sensibilité ...

    Posté par Meria, 17 juillet 2009 à 08:29
  • Même si le côté "amour qui écrase tout" m'a parfois énervée, j'avais beaucoup aimé (mais moi aussi, j'ai préféré "la dormition")

    Posté par Doriane, 18 juillet 2009 à 09:33
  • Si en général j'aime beaucoup cette auteur, j'ai pourtant abandonné ce livre-ci : Le personnage d'Emillienne m'a écoeurée avec son soi-disant amour absolu qui n'est qu'égoïsme et, finalement, haine camouflée...

    Posté par sybilline, 18 juillet 2009 à 12:04
  • @ Doriane : contente de te rejoindre dans ton sentiment pour ce roman

    Posté par Meria, 19 juillet 2009 à 00:29
  • @ Sybilline : je suis d'accord avec toi lorsque tu parle d'égoîsme, mais haine camouflée ? Peux-tu développer ton idée ? Je viens d'aller visiter ton blog : j'avais lu aussi il y a quelques années "Moi qui n'ai pas connu les hommes", que j'avais bien aimé. C'est une histoire très originale.

    Posté par Meria, 19 juillet 2009 à 00:34
  • Haine parce que l'amour possessif qui tend à supprimer tout autre lien que l'autre pourrait entretenir, qui le considère comme celui qui m'appartient (ô l'horreur de ce terme!) est tout sauf de l'amour.

    Posté par sybilline, 19 juillet 2009 à 13:42

Poster un commentaire