LIVRE ET PLUS

passion livres et autres ...

10 novembre 2009

LA PLUS VIEILLE BD DU MONDE

Marta MORAZZONI - L'invention de la vérité

morazzoni« On raconte que jadis, dans une cour mineure du Nord de la France, pour une assez longue période, des brodeuses expertes se rassemblèrent. »

L’histoire commence comme une légende et raconte la confection d’une tapisserie par 300 brodeuses, invitées par la Reine à reconstituer sur la toile de lin, cet épisode du XIème siècle où brillât son époux.

En parallèle, l’auteure nous conte les pérégrinations de Ruskin à Amiens, 8 siècles plus tard, mais aussi et surtout sa visite à la cathédrale d’Amiens.

Autant j’ai été séduite par le roman de la tapisserie de Bayeux, ces femmes qui quittent pour certaines, époux et enfants pour répondre à l’appel de la Reine et surtout pour exercer leur art et participer à une grande œuvre ; j’ai été sensible aux descriptions délicates des brodeuses s’installant autour de la pièce de tissu pour broder chacune leur motif ; j’ai été touchée par l’anxiété de la Reine quant à la beauté de l’œuvre et à l’exacte rendu de ce qu’elle souhaitait ; touchée également par le tiraillement qu’éprouve Anne-Elisabeth entre sa passion pour son art et son besoin de le pratiquer, et la culpabilité d’avoir laissé sa fille.

Autant je n’ai pas adhéré à la promenade historique de Ruskin dans cette « ville noire de fumée, industrieuse mais désordonnée, dépourvue de charme. »

On passe des couleurs subtiles et légères des brins de laine, aux couleurs moroses de la ville d’Amiens, et de la lumière changeante du soleil pendant sa course et son impact sur le travail des brodeuses, aux couleurs opaques des rues et des maisons de la ville picarde.

J’ai admiré, comme si j’avais été présente, les vagues, les chevaux, les bateaux figurant sur la tapisserie, mais j’ai eu beaucoup de mal à imaginer les statues décrites pas Ruskin.

Je crois qu’il faudrait que je relise ce livre, pour en comprendre toutes les subtilités J

Quelques précisions sur la tapisserie de Bayeux :

·Il est effectivement admis qu’elle n’a pas été brodée par une seule femme, cela aurait demandé beaucoup trop de temps.

·Les dessins sur la toile auraient été faits par un homme, pour preuve les détails des armes, ou le scénario des duels.

·Elle aurait été faite en Angleterre, à la demande de la Reine Mathilde, probablement.

Dominique a trouvé ce livre, léger et fin ; Mango, dont la critique m'a poussée à lire ce livre a beaucoup aimé ; AliAnna est déçue ...

Posté par Marifran à 23:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    En lisant ton billet,je retrouve le plaisir que j'avais eu en lisant ce livre aux chapitres très courts et c'est vrai que l'histoire de la visite de Ruskin dans la cathédrale, à la fin, m'a semblé superflue! Comme toi, j'ai surtout aimé l'évocation des brodeuses!

    Posté par Mango, 11 novembre 2009 à 03:03
  • @ Mango : je me demande si le plaisir et l'intérêt de découvrir ce roman de la tapisserie, n'a pas gêné et gâché ma lecture de la seconde histoire ? C'est pour cela que je parle de re-lecture

    Posté par Meria, 11 novembre 2009 à 08:58
  • Enthousiaste

    A la lecture de ton billet, je pense que cette histoire me plairait.
    Je note le titre.
    Bises

    Posté par 94sophie947708, 11 novembre 2009 à 22:18
  • @ Sophie: si tu veux, je te le prête

    Posté par Meria, 12 novembre 2009 à 08:51
  • Merci Méria

    Méria, j'accepte ton offre et te remercie par avance.Bises.

    Posté par 94sophie947708, 12 novembre 2009 à 09:41

Poster un commentaire