LIVRE ET PLUS

passion livres et autres ...

22 mars 2011

ROSE

Rose - Tatiana de ROSNAY

rosePrésentation de l'éditeur : Paris, sous le Second Empire. Des centaines de maisons sont rasées et des quartiers réduits en cendres. Alors que le vieux Paris s'effondre sous les ambitions du baron Haussmann, de nombreux Parisiens protestent sans parvenir à infléchir les ordres d'expropriation. Dans sa maison de la rue
Childebert, à l'ombre de l'église Saint-Germain-des-Prés, Rose Bazelet mène une vie paisible, rythmée par la lecture du Petit Journal, les visites à Alexandrine, sa locataire et amie fleuriste du rez-de-chaussée, les soins de Germaine et Mariette ses domestiques dévouées. Jusqu'au jour où elle reçoit une lettre de la préfecture, la sentence tombe : le tracé du boulevard St Germain passe par chez elle, rue Childebert.

Rose m’a plu dès la première page.

Grâce à sa douceur, à son parler si délicat et féminin qui m’a rappelé ma grand-mère, qui était née en 1895 et avait hérité de sa mère certainement ce vocabulaire qui nous paraît aujourd’hui un peu suranné mais si « délicieux ».

Tatiana de Rosnay a construit son roman sous forme épistolaire, et précise « Comme Rose écrit ses lettres à son mari, j’ai écrit ce roman à la main, sur un cahier à la lueur d’une bougie. Le rythme de la plume, moins rapide que celui du clavier, m’a permis de m’imprégner de la lenteur délicieuse du XIXème siècle, aux antipodes de la cadence frénétique de notre époque. » Et c’est vrai qu’en parcourant ces lettres, le lecteur prend le rythme tranquille de l’écriture pour avancer dans le roman.

Rose m’a plu, parce qu’en même temps qu’elle nous confiait ses bonheurs et ses malheurs, elle nous décrivait ce Paris qui allait devenir celui que nous connaissons aujourd’hui. Il faut noter que certains Parisiens refusaient les changements prévus par Haussmann. Est-ce que depuis la naissance Paris, les Parisiens ont toujours réagi négativement aux transformations opérées, comme ils refusent aujourd’hui le projet du Grand Paris ?

Outre les boutiques, et certains métiers qui n’existent plus aujourd’hui, l’auteure nous dépeint avec minutie les rues qui allaient disparaitre ou être transformées, détaillées par un croquis à la fin du livre.

Je suis née à Paris, et J’ai été particulièrement sensible aux passages historiques relatifs à la Commune, mon trisaïeul (l’arrière grand-père de ma mère) est mort pendant cette période sanglante.

Rose m’a plu, car elle devient grâce à l’une de ses amies, une grande lectrice, et apprend à apprécier la poésie. Son préféré est Baudelaire, pour son poème « Le flacon ». Je me suis complètement reconnue dans ce passage, avec « La conscience » de Victor Hugo (tiré de La légende des siècles), c’est le seul poème que je peux réciter sans guère me tromper.

Une seule (petite) critique : les trop nombreuses évocation au cours du récit du "secret" que Rose veut avouer à son mari.

Mais cela n'affecte pas le plaisir que j'ai éprouvé à lire ce dernier roman de Tatiana.

Posté par Marifran à 20:56 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    La très "modeste" Tatiana de Rosnay aurait écrit un livre que qualité ? En voilà un scoop !!!

    Posté par Guy Peslier, 23 mars 2011 à 10:20
  • Compasson

    La vie doit-être dure pour Tatiana de Rosnay, elle est belle, intelligente, elle a du charisme, elle est aimée des médias, ses livres sont plaisants à lire, et son dernier roman nous donne en plus des renseignements précieux sur la construction du Paris du Baron Haussman qui ne peut qu'intéresser les amoureux de l'histoire et de cette ville, parmi lesquels je suis. Tout cela doit être bien lourd à porter.

    Posté par Singo, 25 mars 2011 à 11:32
  • Visiblement

    encore un trés bon roman de Tatiana...il est deja dans ma liste de livre à lire mais je sens qu'il va trés vite aller rejoindre ma PAL..

    Posté par delcyfaro, 25 mars 2011 à 21:50
  • @ Guy : ce n'est pas le premier !

    Posté par Meria, 25 mars 2011 à 22:55
  • @ Singo : tout à fait d'accord avec ton analyse

    Posté par Meria, 25 mars 2011 à 22:56
  • @ Delcyfaro : je pense que tu ne seras pas décue

    Posté par Meria, 25 mars 2011 à 22:57
  • J'aime beaucoup cette auteure, mais je ne sais pas si le sujet me plairais ..

    Posté par éléa, 17 avril 2011 à 11:47
  • @ Elea : c'est très différent des sujets que l'auteure traite habituellement. Encore qu'il s'agisse à nouveau d'une histoire de demeure.

    Posté par Meria, 17 avril 2011 à 20:28
  • Commencé ce matin et lu d'une traite ! intéressant et émouvant ! je crois qu'il sera mon préféré de Tatiana (juste derrière "elle s'appelait Sarah") ! n'en déplaise aux ronchons
    merci à toi grâce à qui mon exemplaire est dédicacé !

    Posté par Doriane, 07 mai 2011 à 17:20
  • @ Doriane : je crois même que pour moi il arrive en tête de mon classement

    Posté par Meria, 08 mai 2011 à 08:46

Poster un commentaire