LIVRE ET PLUS

passion livres et autres ...

20 février 2011

UN PEU COURT

Les heures silencieuses - Gaëlle JOSSE

jossePrésentation de l'éditeur :Tout paraît à sa juste place dans la vie de Magdalena, épouse de Pieter Van Beyeren, administrateur de la Compagnie des Indes orientales à Delft. Rigoureuse, maîtresse d'elle-même, elle aurait pu succéder à son père. Mais le commerce est réservé aux hommes. Sa place est au foyer. Magdalena doit se limiter à cet espace intérieur, où elle a souhaité se faire représenter à son épinette, de dos. Un décor à secrets, que son journal intime dévoile. Déceptions, souvenirs, drames familiaux, mais aussi joies, et désirs interdits... Dans le silence de l'heure, derrière le précaire rempart de l'ordre et de la mesure, Magdalena transcrit les vacillements de son cœur, explorant les replis les plus secrets de l'âme.

 

Magdalena nous fait des confidences relatives à sa vie de femme, ses espoirs déçus, ses joies, par le biais de ce tableau exécuté par un peintre hollandais.

 

C’est très poétique, plein de sensibilité, mais je suis restée sur ma faim. Les analyses des personnages sont effleurées, les sentiments à peine dévoilés, les descriptions ébauchées.

 

 

Posté par Marifran à 09:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Les heures silencieuses

    Je pourrais être entièrement d'accord, avec toi, si ce livre n'avait pas comme sujet d'ouverture un tableau. J'ai donc lu ce livre avec le même sentiment que j'éprouve, quand je visite une exposition, devant certaines oeuvres, ceci me fait penser à Modeste Moussorski, qui dans Tableau d'une exposition, en 40' nous évoque 16 sujets

    Posté par Singo, 25 février 2011 à 08:56
  • @ Singo : J'adore Tableaux d'une exposition ! Rares sont les personnes qui connaissent. Quant au livre, peut-être faut-il effectivement l'aborder comme un tableau. Ce que je n'ai pas fait , car j'aime aussi beaucoup passer 1h ou plus devant un tableau avec un (ou une) conférencier qui décripte l'oeuvre.

    Posté par Meria, 25 février 2011 à 09:21

Poster un commentaire