LIVRE ET PLUS

passion livres et autres ...

13 juin 2009

DÉÇUE...

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

Yann QUEFFÉLEC - La puissance des corps

queffelec27 août 2013.
Sur la plage du Trez-Hir un enfant disparaît. On l’appelle Popeye, il a neuf ans. Pour le colonel Rémus, quarante-cinq ans, son responsable légal, il ne peut s’agir que d’un rapt. Le colonel a des ennemis. Il dirige au nom du Président une police parallèle, Les Chats maigres, spécialisée dans la fraude alimentaire. Il a femme, maîtresse, petites amies d’un soir, pas toujours animées des meilleurs sentiments…
Avec l’enlèvement de Popeye, il découvre qu’il est un homme bien seul, bien fragile en dépit des apparences. Retrouver l’enfant, il n’a plus d’autre but. Trop en vue, il engage Onyx, vingt-sept ans, une rusée renarde autrefois chez Greenpeace. Elle a changé, en deux ans, mais Rémus n’a jamais oublié son parfum…

Il est difficile, délicat, lorsque vous avez été choisie pour lire un livre et le critiquer, qu’en outre l’auteur dudit livre est un écrivain célèbre dont un des romans vous a marquée (les noces barbares), de faire un commentaire négatif.

Alors je prends mon courage à deux mains, et je m’explique.

Il y a trop de vulgarité, de grossièreté(s), de sexe trop souvent violent dans ce récit.
L’auteur aborde le mal être du Monde (nous sommes en 2013 et la planète n’a pas évolué d’un iota s’agissant des misères que les humains infligent à la terre, à la faune et à la flore) et explique les actions menées par quelques uns pour empêcher les manœuvres criminelles de quelques autres  ; les magouilles, les extravagances et les exigences des politiciens (et du Président entre autres) toujours d’actualité ; le fonctionnement dans les moindres détails d’un abattoir (de l’arrivée de l’animal à son exécution) avec là aussi les mensonges, les fraudes en tout genre du dirigeant.
Interviennent également dans cette histoire, deux personnages : Onyx, végétarienne, qui accepte d’espionner les abattoirs Paneurox (un comble pour une végétarienne), pour pouvoir payer les soins de sa mère malade ; et Rémus, le fameux flic genre « j’en ai marre de vivre, personne ne m’aime, je n’aime personne » (sauf Popeye, mais pas son propre fils, et encore moins sa femme).

Je n’ai pas compris la démarche de l’auteur. Je n’ai pas trouvé le lien qui relie tous ces points, ni l’explication du titre par rapport au récit.
Si Yann Queffélec passe par ici, qu’il m’explique
J

Je remercie malgré tout Babelio et les éditions Fayard, de m’avoir permis de lire un deuxième livre de cet auteur. Cependant, dans quelques temps, j’en lirai un troisième, pour ne pas rester sur une mauvaise impression.

Posté par Marifran à 18:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    je ne suis pas fan de Queffelec, je n'avais donc pas tenter l'aventure avec ce livre!

    Posté par herisson08, 16 juin 2009 à 13:56
  • @ Hérisson : si tu n'es pas fan, ce n'est sûrement pas ce livre qui t'aurait fait changer d'avis.

    Posté par Meria, 16 juin 2009 à 14:32

Poster un commentaire